Archives pour la catégorie Actus CRESS

Communiqué du Président de la Chambre Régionale des entreprises d’économie sociale et solidaire.

En ma qualité de Président régional de la Chambre des entreprises d’économie sociale et solidaire, je veux saluer l’ensemble de nos organisations de l’économie sociale et solidaire (Associations, Coopératives, Mutuelles, Fondations, Fonds de dotation, Entreprises sociales) qui ont multiplié les actions, les mobilisations, les gestes de solidarité envers les victimes de l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice.

Je pense à la Croix Rouge, acteur majeur des secours, je pense aux associations d’aides aux victimes, et celles qui ont organisé les cellules d’assistance psychologique.

Je ne veux pas oublier les associations qui travaillent au quotidien à la dé-radicalisation comme celles, qui dans les quartiers, inlassablement, tentent de préserver le lien social, ou favorisent l’insertion.

Je veux saluer, avec le respect qu’ils méritent, celles et ceux qui dans nos entreprises, se consacrent aux autres. La solidarité, qui est au cœur de nos valeurs, vous avez su la traduire concrètement, pour en faire une pratique vivante.
A vous toutes, à vous tous, qui au delà de l’effroi , face à l’horreur, avez su répondre à l’intolérable, je veux vous dire MERCI.

Nous avons un idéal démocratique, c’est aussi le sens de notre mode d’entreprendre. Aujourd’hui, nous savons que notre idéal démocratique est attaqué et souillé.
Plus que jamais, ces événements doivent nous amener à nous unir davantage pour défendre nos entreprises qui participent en proximité à cette dynamique de solidarité et de création collective. Plus que jamais nous devons défendre les valeurs et la devise de notre République.

Votre dévoué.


Denis PHILIPPE

Président

 

Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire
Provence-Alpes-Côte d’Azur
Technopôle de Château Gombert –  Espace Nobel Bât D1
11 rue Frédéric Joliot Curie – 13013 Marseille – Métro La Rose

 

Journées Var Europe 2016

En complément des ateliers sur les différents fonds européens disponibles pour les varois, un focus particulier sera porté en 2016 sur les enjeux liés à l’eau pour les générations futures avec 3 ateliers supplémentaires « l’Europe et l’eau ».

Les journées VAR Europe mobiliseront l’ensemble des partenaires institutionnels, nationaux et européens afin d’apporter une information complète aux représentants publics, associatifs et privés susceptibles de bénéficier des financements européens accessibles pour les varois.

Organisateurs : CD83, Représentation du Parlement Européen à Marseille, Région PACA, Université de Toulon, Agglomération Toulon Provence Méditerranée, Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse.

Lieux : Toulon : Palais Neptune et Université, porte d’Italie.

PRE-PROGRAMME :
MARDI 28 JUIN :

Matin : 9h00-12h00 : Plénière (Palais Neptune) : Fonds Européens 2014-2020 – Enjeux et opportunités pour les varois.

Après-midi (Université de Toulon) : 14h30-17h30
Atelier 1 : Le FEDER : Quelles opportunités pour les Varois ?

Atelier 2 : Le FSE : appréhender les thématiques et actions éligibles et présentation des appels à projets.

Atelier 3 : Le FEADER

Atelier 4 : Le FEAMP

Atelier 5 : La Coopération Territoriale Européenne : Programmes accessibles de coopération et focus expérience sur les 1ère AAP et préparation des 2ème AAP.

Atelier 6 : Les fonds Euro-méditerranéens (EUROMED) : Financer des projets autour de la méditerranée.

Atelier 7: Eaux continentales, enjeux, outils financiers et exemples de projet.

MERCREDI 29 JUIN : Matin (Université de Toulon) : 9h00-12h00

Atelier A : Mer et Littoral : Enjeux, objectifs et mise en œuvre des directives européennes.

Atelier B : MARITTIMO matchmaking : par thèmes liés au futur AAP de sept 2016.

Atelier C : Réunion publique AAP FSE (Objectifs spécifique 1 et 2 de l’Axe 3 du PON FSE).

Atelier D : L’Europe et l’Eau : Eau et Coopération Internationale, description du dispositif de la loi Oudin-Santini.

Après-midi : 14h00-18h00 : Visite de terrain : Centre de Production d’Eco-Matériaux (CPEM Var) et station d’épuration (AMPHITRIA). La sortie sur site est gratuite, dans la limite de 100 places disponibles.

Formation « Responsable d’entreprise sociale et solidaire »

  • L’une, à temps plein, pour les demandeurs d’emploi, financée par la Région Paca. Il reste des places pour intégrer rapidement la session de mai 2016.
  • L’autre, à temps partagé (1 semaine par mois), pour les salariés (CPF) et commencera le 13 Septembre 2016. Inscriptions ouvertes.

Cette formation est certifiée par un titre professionnel délivré par le ministère du travail (niveau III), éligible au CPF et reconnue au RNCP.

 

Prix National du Créateur d’une Entreprise Sociale

Ce Prix a pour objectif d’associer le monde de l’université et celui de l’entreprise afin de contribuer à la réussite de jeunes entreprises sociales mais aussi de favoriser l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs dans les écoles de management.

Le prix est ouvert aux structures répondant aux critères suivants :

  • Création depuis le 1er juillet 2013 et avant le dépôt du dossier de candidature (ouvert aux entreprises ou associations);
  • Être basé en France Métropolitaine pour respecter la volonté de proximité humaine du mécénat de compétences;
  • Développer un projet basé sur une visée socialement responsable ou socialement innovante sur son territoire : lutte contre l’exclusion (chômage, pauvreté, handicap, etc.), création ou maintien d’emplois durables et de qualité, valorisation d’un territoire ou d’un environnement, développement du lien social, …;
  • Reposer sur un projet économique viable, avec prise de risque, production de biens et de services en réponse à une double demande de création de richesses et d’emplois;
  • S’engager à impliquer ses collaborateurs (communication participative, réflexion sur le mode de gouvernance, …);
  • Privilégier le réinvestissement des excédents financiers au service de l’entreprise.

Dotation du prix :

  • une dotation financière récompense les 3 meilleurs dossiers désignés par le jury, afin de soutenir le développement de leur entreprise sociale : 10 000 € pour le premier, 5 000 € pour les deux suivants.
  • les finalistes bénéficieront d’un accompagnement personnalisé par les étudiants de l’IÉSEG School of management.

Candidatures en ligne avant le 2 septembre.

CNCRESS : une nouvelle Présidente et un nouveau Bureau

Le nouveau Bureau du CNCRESS est constitué de 6 membres :

  • Marie-Martine Lips, Présidente et Présidente CRESS Bretagne,
  • Eric Forti, Vice-Président et Président CRESS Ile-de-France,
  • Alain Durand, Trésorier et Président CRESS Pays de la Loire,
  • Monique Lemarchand, Secrétaire générale et Présidente CRESS Normandie,
  • Pierre-Yves Boutin, Membre et Président CRESS Poitou-Charentes,
  • Jean-Michel Bondu, Membre et Président CRESS Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Après 6 années, le mandat de Jean-Louis Cabrespines s’est achevé et les membres du bureau ont choisi d’accorder leur confiance à Marie Martine Lips, Présidente de la CRESS Bretagne.

Pour ce nouveau mandat, trois axes forts :

  • Développer la force du collectif à travers des propositions et des axes de travail partagé ;
  • Conserver le caractère ascendant du réseau des CRESS ;
  • Appliquer les principes de l’ESS à travers la délégation, la transparence et la coopération.

Le bureau s’attachera à porter la voix des CRESS auprès des différentes instances. L’équipe souhaite pouvoir travailler de manière privilégiée avec tous les acteurs de l’ESS.

Loi Travail: les entreprises de l’ESS réclament des changements

« Nous étions intéressés par les intentions de la loi, notamment développer le
dialogue social et sécuriser les employeurs, et, au final, nous sommes déçus ».
 
Hugues Vidor, président de l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (Udes) faisait part, jeudi 19 mai, de ses récriminations contre le projet de loi Travail devant l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis). L’organisation, qui regroupe 80% des employeurs fédérés du secteur de l’ESS (associations, mutuelles, coopératives…), compte bien se faire entendre auprès des sénateurs qui l’étudieront en séance à partir du 13 juin.
  • Impact sur le coût du travail

Première des revendications, et non des moindres, le rétablissement de la capacité de régulation de la branche. « La loi Travail donne la primauté à l’accord d’entreprise sur la durée du travail, quotidienne et hebdomadaire, la durée minimale de repos, le taux de majoration des heures supplémentaires, la mise en oeuvre du travail de nuit, explique Hugues Vidor. Or, ces éléments ont un impact sur le coût du travail. Au final, il va y avoir un effet nuisible sur le secteur des soins à domicile notamment, car nos entreprises sous contraintes financières proposeront du moins-disant aux salariés qui verront leurs droits baisser. On observera une baisse de la qualité des prestations, ainsi que des disparités territoriales.« .

L’Udes regrette donc que l’amendement du rapporteur Sirugue qui imposait un contrôle a priori des accords d’entreprise par la commission paritaire de branche n’ait pas été adopté.

Elle propose de changer le texte pour que « la primauté de l’accord d’entreprise vaille pour les congés et les astreintes, mais que ce soit à la branche de déterminer les éléments renvoyés à la négociation d’entreprise sur tout ce qui relève de la durée du travail, du temps partiel, du travail de nuit…« , détaille Sébastien Darrigrand, délégué général de l’Udes.

  • Oui au référendum « patronal »

Au sujet du mode de validation des accords d’entreprise, l’Udes milite pour le référendum à l’initiative de l’employeur, et pas seulement à l’initiative des syndicats, comme le prévoit le projet de loi. « Cela constitue une forme ‘adulte’ du dialogue social, qui ne peut pas rester que formel, considère Hugues Victor. Et ce type de référendum serait bien utile dans les petites entreprises, en cas d’échec du mandatement. Souvent, en effet, ce sont les élus ou les salariés qui refusent de se soumettre à une étiquette syndicale« .

Concernant le chantier de rationalisation des branches (pour qu’elles passent, à terme, de 700 à 200 voire 100), l’Udes dit craindre une approche trop quantitative. Elle n’est pas contre le fait de rattacher toutes celles rassemblant moins de 5000 salariés à une branche d’accueil, seuil qui lui semble correct, mais, dès lors que la branche est active (dialogue social, mise à dispositions d’outils pour le secteur…), « elle ne doit pas disparaître, même si elle est modeste », insiste le président.

  • L’ESS aussi craint les prud’hommes

L’Udes rejoint enfin les organisations patronales classiques en demandant le rétablissement de la « barémisation » et du plafonnement des indemnités prud’hommes. « Dans l’ESS aussi des entreprises ont dût fermer suite à des condamnations qu’elles n’avaient pas anticipées », indiquent les représentants.

L’Union souhaite que les acteurs de l’ESS puissent bénéficier d’une mesure prévue en dernière minute le gouvernement : la possibilité pour les TPE de provisionner des sommes en vue de potentiels prud’hommes (provision déductible du résultat imposable). Le dispositif n’est pour l’instant ouvert qu’aux entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés. Or, les acteurs de l’ESS ne le sont pas, sauf mutuelles et associations qui diversifient leur activité.

Finalement, le seul point qui semble donner satisfaction à l’Udes est le compte personnel d’activité (CPA). « C’est très bien qu’on ait choisi de commencer doucement avec le compte personnel de formation et le compte pénibilité, estime Hugues Vidor. Avant d’ajouter d’autres droits sociaux, commençons déjà par franchir cette étape. »

Source : L’Express

Ouverture d’un BTS Assistant de gestion PME-PMI, parcours ESS : réunion d’info entreprises – Nice 9 mai

Cette formation vise l’analyse de l’environnement économique du secteur de l’ESS dans un contexte où les enjeux de notre monde sont remis en cause.

Pour en savoir plus ?

Réunion d’information le lundi 9 mai 2016, à partir de 16h00, au lycée Thierry Maulnier à Nice, 2 avenue Claude Debussy.
Une deuxième réunion aura lieu dans à Grasse ou Antibes.

Renseignements, contact :
Carine OCCELLI-FABRY
carine.occelli@ac-nice.fr

Conseillère en Formation Continue
Pôle Tertiaire
04 92 29 40 96 / 06 08 89 16 73
Lycée Les Eucalyptus
7 av des Eucalyptus – BP 83306
06206 NICE Cedex 3

Lancement du Programme Opérationnel National FSE 2014-2020 en région Paca

Le service Fonds Social Européen de la DIRECCTE PACA organise une journée dédiée au lancement du Programme Opérationnel National FSE 2014-2020 en région Paca le mardi 24 mai 2016 de 9h30 à 17h30 au campus universitaire de Marseille Luminy.

Cette journée sera l’occasion de découvrir les nouveaux appels à projets, de mieux comprendre les règles d’éligibilité et les modalités de gestion qui régissent les subventions européennes, et de faire la connaissance des interlocuteurs qui pourront vous accompagner dans le montage de vos dossiers.

La CRESS PACA sera présente à cet évènement : plus d’infos : thibault.pourbaix@cresspaca.org